Pourquoi le dialogue entre Directeur des systèmes d’information & dirigeants d’entreprise est-il essentiel pour une gouvernance d’entreprise efficace ?

Pourquoi le dialogue entre Directeur des systèmes d’information & dirigeants d’entreprise est-il essentiel pour une gouvernance d’entreprise efficace ?

13 Juillet 2017 / Par Romain Isaac



Le rôle du DSI, Directeur des systèmes d’information (ou CISO en anglais), est essentiel à l’adaptation de l’infrastructure informatique des entreprises. Il est de plus en plus courant d’affirmer que le rôle du DSI devient fondamental dans les nouvelles formes d’organisation et de gestion du travail, notamment lorsqu’il est question de données hautement stratégiques et confidentielles. D’après une récente étude de The Economist Intelligence Unit sur un échantillon de plus de 200 dirigeants d’entreprise et responsables de département, le DSI est devenu un acteur stratégique, qui, aux côtés de la direction, accompagne le changement informatique nécessaire à l’adaptation des métiers.

Pourtant, même si 83 % des dirigeants perçoivent aujourd’hui la contribution du système d’information à la sécurité, à la génération d’économie, et plus généralement à la gouvernance d’entreprise, « la direction de l’information représente le plus souvent encore une simple fonction de support et non un atout stratégique », résume l’étude de l’Economist Intelligence Unit.



Le rôle des dirigeants dans la cybersécurité de l’entreprise



Une étude du Cercle Européen de la Sécurité et des Systèmes d’Information pointe les disparités de perception de responsabilité entre les responsables IT et les dirigeants d’entreprises en matière de cybersécurité. Les dirigeants ont en effet la fausse impression que la prévention a déjà été faite dans leur entreprise. Pourtant cette perception est en décalage avec la réalité opérationnelle, si bien que la politique de cybersécurité est freinée par les dirigeants eux-mêmes.

Ce constat peut s’expliquer par le sentiment de protection des dirigeants face aux risques : 80% d’entre eux considèrent leur entreprise suffisamment protégée et plus d’un dirigeant sur deux juge sa politique de sécurité proactive. Pourtant, parmi les éléments symptomatiques du décalage entre les deux métiers, la responsabilité en cas d’une intrusion informatique est tout-à-fait représentative. Les deux entités se renvoient la responsabilité : 35% des dirigeants estiment que la responsabilité revient aux DSI quand ces derniers estiment à 50% que les dirigeants sont responsables.



Un décalage important entre DSI & dirigeants d’entreprise sur les coûts d’une cyberattaque



La prise de conscience est encore lente. Selon une étude réalisée par le Palo Alto Networks auprès de 765 décideurs d’entreprises de plus de 1000 collaborateurs (en Allemagne, France, Royaume-Uni, Belgique et Pays-Bas), on apprend que 13 % des dirigeants seulement estiment « relativement » comprendre ce à quoi correspond un risque de sécurité informatique pour leur entreprise tout en reconnaissant avoir « encore besoin de Google pour aider à l’expliquer ». Un dixième des employés estiment quant à eux que leurs dirigeants n’ont pas de compréhension réelle du sujet, ou tout du moins suffisante pour protéger effectivement leur entreprise.

En ce qui concerne le coût d’une cyberattaque, DSI & dirigeants ne s’accordent pas non plus. Pour les DSI, le coût d’une cyberattaque est estimé en moyenne à 19,2 millions de dollars. Pour le management, il est seulement de 11 millions de dollars. Cette disparité se répercute sur les prévisions d’investissement en matière de cybersécurité. 82% des équipes informatiques considèrent ces dépenses comme une partie de la stratégie globale. Ils ne sont que la moitié chez les dirigeants à partager cette opinion.



Vers une culture de la cybersécurité adoptée par l’ensemble de l’entreprise



La mise en œuvre d’une gouvernance efficace passe par l’adoption de solutions en concertation avec l’ensemble de la chaîne de valeur de l’entreprise. Un conseil sans papier notamment permet de bénéficier à tous les paliers organisationnels de l’entreprise.

  • Réduction de la charge de travail des secrétaires corporatives
  • Temps de préparation des conseils d’administration diminué (4 heures avec un conseil sans papier versus 16 heures en moyenne avec un conseil classique).
  • Meilleure performance des administrateurs
  • Sécurité pertinente et proactive dans un contexte de cyberattaques en croissance
  • Une économie des dépenses de gestion très sensible : on obtient jusqu’à 37% d’économie lorsque le conseil d’administration s’investit activement pour la cybersécurité de son entreprise (source : Hewlett Packard Enterprise)

Une stratégie de sécurité informatique bien menée impacte positivement toute l’entreprise. Comme le souligne David Allison, expert en cybersécurité, « la sécurité a besoin d’être une culture diffusée au sein de l’organisation ». « C’est au PDG de mettre en place cette culture. Le responsable de la sécurité informatique (RSSI) définit et exécute la stratégie répondant à ce besoin – et chaque salarié est responsable de l’adoption et du suivi des pratiques requises ».




Réunions du conseil d’administration: une gestion plus efficace avec un portail numérique – 3e Partie

Réunions du conseil d’administration: une gestion plus efficace avec un portail numérique – 3e Partie

5 Juillet 2017 / Par Romain Isaac



Dans les deux premiers articles de cette série, nous évoquions les bénéfices qu’apporte un portail numérique à la préparation en amont des réunions du conseil d’administration ainsi que la valeur ajoutée aux administrateurs durant leurs réunions. Dans ce troisième et dernier article, nous révèlerons les avantages de l’utilisation de ce type de solution une fois la réunion terminée.

Petit rappel des étapes évoquées dans les précédents articles :

Les actions réalisées en aval des réunions du conseil d’administration sont essentielles dans le but d’une bonne gouvernance. En effet, ces actions doivent être effectuées de manière précises afin d’obtenir les meilleures recommandations et décisions possibles à la fin de la réunion.



ÉTAPE 6 : Produire et distribuer le procès-verbal de la réunion



Le procès-verbal de la réunion du conseil d’administration représente un document écrit qui résume toutes les actions faites durant la réunion du conseil d’administration. En termes de conformité, c’est un document légal et officiel pour les tribunaux, les audits ou tout actionnaires d’une organisation et permet aux participants ou absents de la réunion d’avoir une trace écrite de ce qui s’est passé.

Ce procès-verbal doit être structuré et doit contenir tous les détails, noms de membres présents ou absents à la réunion, points clés, décisions approuvées, la manière dont celles-ci ont été amenées et le suivi de ces décisions. Grâce à un portail numérique, la prise de note durant la réunion en vue de l’établissement du procès-verbal peuvent se faire directement sur le document dans le portail sur une tablette ou sur un ordinateur, servant ainsi à mieux structurer et créer plus facilement le procès-verbal tandis que les informations sont encore à l’esprit.

Étant donné que la plateforme Leading Boards est certifiée ISO 27001, ce procès-verbal sera sécurisé et son accès sera beaucoup plus simple. Une fois que le responsable de l’établissement du procès-verbal l’a approuvé, ce document peut être soumis aux autres administrateurs qui peuvent y apporter leurs modifications permettant une validation rapide du document pour la prochaine réunion du CA.

Partager le procès-verbal aux membres du conseil d’administration à travers le portail numérique permet de sauver du temps et d’économiser de l’argent, notamment lié à l’impression de papier et à l’envoi par courrier du document. Avec le procès-verbal facilement accessible pour tout administrateur, ces derniers peuvent donc être plus impliqués dans ce processus, et cela leur donne également plus de temps pour confirmer ou compléter des actions auxquelles ils étaient assignés ou pour lesquelles ils étaient volontaires.

Note : Nous recommandons de conserver les documents originaux signés sur support papier pour assurer une consultation facile en cas de problème informatique ou encore de preuves pour les tribunaux.



ÉTAPE 7 : Archiver la réunion dans le portail numérique



Une fois la réunion terminée et le procès-verbal approuvé, tous les documents reliés à cette réunion doivent être stockés dans un endroit sécuritaire et accessibles à tous les administrateurs, actionnaires ou pour de possibles audits. Cela montre également la volonté du CA de s’engager en termes de conformité et d’être le plus transparent et éthique possible. En ayant toutes vos réunions précédentes archivées, les administrateurs peuvent avoir accès à toute l’information comme les précédents procès-verbaux pour ainsi être plus efficaces dans leurs prises de décisions.

De plus, stocker de façon numérique les documents du conseil d’administration permet d’éviter de stocker ces informations dans d’immenses salles bien gardées, et surtout de réduire le besoin d’impression des documents, permettant les économies de temps et d’argent. Le procès-verbal représente un document hautement confidentiel pour un CA et stocker ce document de manière numérique comme avec le portail pour conseil d’administration Leading Boards renforce la sécurité des données. Avec Leading Boards, les données sensibles sont stockées sur des serveurs certifiées par des normes internationales telles que ISO 27001 et PCI Compliant, limitant les risques de piratage, de mots de passe volés ou encore de perte de documents.



ÉTAPE 8 : Atteindre une gouvernance et une gestion de l’information sans papier



Avec la gestion des réunions du conseil d’administration réalisée via un portail numérique, la prochaine étape est de créer une gouvernance totalement numérique. En effet, entre les différentes réunions, le portail peut être utilisé par les administrateurs pour des sujets ou tâches en cours au sein des comités sur lesquels ils siègent ou encore pour mener des conversations entre membres avec des fonctionnalités collaboratives intuitives comme les débats ou sondages, et ce de façon sécurisée.

De cette manière, l’administrateur peut partager tout type d’information, tenir les autres membres à jour des dernières nouvelles de l’organisation ou de l’industrie. Afin de simplifier les pratiques de gouvernance, le portail numérique Leading Boards améliore le flux d’information et maximise l’efficacité. Transformer votre conseil d’administration vers le numérique et profiter de toutes ses fonctionnalités intuitives permet de réduire les formalités administratives souvent lourdes, mais aussi de rester informé et connecté.

C’est déjà l’heure de préparer la prochaine réunion? Retournons donc à l’étape 1 pour créer l’ordre du jour et distribuer facilement et de façon sécuritaire l’ensemble des documents de la réunion à tous les administrateurs où qu’ils soient dans le monde.




Réunions du conseil d’administration: une gestion plus efficace avec un portail numérique – 2e Partie

Réunions du conseil d’administration: une gestion plus efficace avec un portail numérique – 2e Partie

14 Juin 2017 / Par Romain Isaac



Dans le premier article de cette série, nous avons mis en lumière les bénéfices de l’utilisation d’un portail numérique pour une organisation et notamment la préparation en amont des réunions du conseil d’administration (création de l’ordre du jour et des dossiers du conseil, la livraison de ces dossiers du conseil auprès des administrateurs, et l’accès ensuite des administrateurs au portail numérique avant la réunion afin de la préparer au mieux). Dès que les membres du conseil reçoivent les documents, ils sont préparé et prêts pour la réunion du conseil, celle-ci peut commencer.



ÉTAPE 4 : La valeur ajoutée d’un portail numérique pour les administrateurs durant les réunions



Après avoir téléchargé tous les documents de la réunion dans le portail numérique avant que celle-ci ne commence, les utilisateurs auront l’opportunité de découvrir l’efficacité qu’il procure, mais surtout sa simplicité d’utilisation qui contribuera à une réunion productive. Nous savons tous que le temps des membres du conseil est précieux, c’est pourquoi les réunions du conseil se doivent d’être menées efficacement.

Un portail numérique comme Leading Boards aide à tenir le planning fixé en respectant le temps alloué à chaque point de l’ordre du jour, et ainsi éviter les discussions sans fin et la perte de temps. Trouver une information spécifique dans le portail, telle qu’une note personnelle prise pendant la réunion précédente et archivée dans le portail, devient une action facile grâce à l’outil de recherche qui permet aux membres du conseil de rapidement mettre en application leurs recommandations ou avis sur n’importe quel sujet.

De plus, même sans connexion internet, le gestionnaire du portail et les membres du conseil seront toujours en mesure d’accéder à tous les documents, à leurs notes personnelles, ainsi que tout autre information de la réunion, grâce à la fonctionnalité « 100% hors-ligne » du service Leading Boards. Un portail numérique répond également aux impératifs de conformité, car il rend les réunions et la salle de conseil plus transparentes, du fait que toutes les actions peuvent être enregistrées et archivées pour un futur audit.



ÉTAPE 5 : Les notes prises sont synchronisées sur tous vos supports en ligne ou hors-ligne



En utilisant une tablette pendant la réunion, les administrateurs peuvent conduire leurs réunions avec beaucoup de facilité. Une tablette est un support plat et silencieux et n’interfère pas dans les discussions et débats. Les administrateurs peuvent donc suivre aisément le rythme et le déroulement de la réunion et avoir tous les documents et données nécessaires à portée de main après s’être connecté à leurs environnement personnel sur le portail numérique.  De plus, ils sont en mesure de naviguer simplement à travers leurs notes préalablement prises lorsqu’ils préparaient leurs réunions, pour ainsi avoir toutes les informations indispensables sous la main pour des prises de décisions éclairées.

Pendant le cours de la réunion et les discussions, les membres du conseil peuvent prendre des notes supplémentaires directement sur leur tablette, et peuvent décider de les partager avec les autres membres ou de les garder privées. Avec une tablette, lire et annoter les documents avec des outils intuitifs en utilisant leurs doigts pour appuyer, naviguer ou encore balayer l’écran semble tout à fait naturel. Les administrateurs peuvent apprécier le fait d’écrire directement sur le document avec leurs doigts ou avec une variété de stylos, marqueurs ou notes Post-It, le tout similaire à l’expérience papier utilisée auparavant. Toutes les informations et les notes prises peuvent être synchronisées sur tous les supports utilisés par l’administrateur de façon hautement sécuritaire.

Rendre plus efficace un conseil d’administration, c’est aussi transformer la gouvernance en outil de leadership et de compétitivité. Avec Leading Boards, le déroulement des réunions et la gestion du flux d’information deviennent donc plus productifs, tout en permettant aux administrateurs d’exercer un leadership communicationnel efficient.

Pour plus d’information sur ce qui se passe après la réunion, restez connecté aux nouvelles de Leading Boards pour découvrir la troisième partie de cette série.




Donnez à vos données du conseil d’administration la sécurité qu’elles méritent

Donnez à vos données du conseil d’administration la sécurité qu’elles méritent

7 Novembre 2016 / Par Romain Isaac



Le thème de la cybersécurité est devenu par les temps qui court le maître mot dans les discussions des conseils d’administration des organisations. Et pour cause, ces dernières semaines, plusieurs événements ou annonces, comme la fuite des informations de millions de comptes DropBox ou Yahoo, ou encore l’attaque informatique de plusieurs des grands noms d’Internet comme Twitter, Spotify ou encore eBay, ont fait de la sécurité informatique le nouvel enjeu majeur dans la réflexion des administrateurs et des dirigeants d’entreprises.

Malgré cette tendance à vouloir sécuriser au maximum ses données, nombreuses sont les organisations qui utilisent encore les courriels ou les logiciels de stockage en ligne, comme DropBox, pour diffuser et partager leurs informations sensibles. L’attaque révélée par DropxBox sur la fuite des informations personnelles de millions d’utilisateurs met bien en lumière un fait indéniable :  le stockage en ligne et les services proposant un hébergement sur le cloud ne sont pas aussi sécuritaires que vous le pensez pour votre conseil d’administration et vos comités.



Des conditions d’utilisation floues et une sécurité douteuse



Nombreuses sont les personnes utilisant ce genre de logiciels de stockage en ligne pour un usage personnel, moi le premier. Mais réfléchissez-y, est-ce le meilleur moyen de stocker les données sensibles de votre conseil d’administration et de vos comités ? Vous souciez-vous de la localisation de vos données ? Seront-elles à l’abri des attaques informatiques et des cybercriminels ? Êtes-vous prêt à prendre l’entière responsabilité de l’utilisation d’un tel logiciel pour la sécurité de vos données du conseil d’administration ? Autant de questions qu’il est nécessaire de vous poser avant d’utiliser ces outils.

Comme le mentionne si bien notre concurrent Diligent BoardBooks dans son article ici, utiliser des outils comme DropBox pour stocker et partager vos données du conseil d’administration ne représente pas la meilleure solution en termes de protection de données. L’article met notamment en avant le fait qu’avec le service DropBox, les utilisateurs ne savent pas réellement où sont stockées physiquement leurs informations, et l’information relative à la localisation des données n’est pas explicitement révélée par les fournisseurs de services de stockage en ligne. De plus, DropBox crée des doublons de vos fichiers afin qu’ils soient visibles sur chaque ordinateur des utilisateurs, ce qui peut poser un risque de fuite accidentelle de données privées, mais aussi de vol d’informations entre les utilisateurs. Ajouté également le non contrôle du département IT d’une organisation sur la sécurité des données et du chiffrement des informations et vous obtenez une sécurité plus que douteuse.



Collaborez sous haute sécurité avec un conseil sans papier



Leading Boards, tout comme Diligent, propose un conseil sans papier permettant aux membres du conseil d’administration et des comités d’accéder à leurs informations et données de leurs réunions n’importe où, et ce de façon hautement sécuritaire. Vos données sont hébergées localement sur des serveurs dédiés et certifiés par des standards internationaux, offrant une protection de données unique.

L’accès aux données du conseil d’administration et des comités ne sont disponibles qu’aux utilisateurs préalablement approuvés par le gestionnaire de la plateforme. Ce gestionnaire possède également le contrôle de l’information, c’est-à-dire qu’il peut autoriser la lecture d’un document et son impression qu’à certains utilisateurs, et a également la possibilité de suivre toutes les actions des utilisateurs sur un document. Cela permet une meilleure gestion et sécurité de l’information, qui peut aussi être accentuée avec l’ajout d’un filigrane sur le document afin d’éviter tout risque de fuite. Ainsi, les membres du conseil d’administration peuvent communiquer, collaborer et partager leurs informations dans un cadre sécuritaire, leur procurant un leadership de gouvernance au bénéfice de leur organisation. Adoptez le conseil sans papier et offrez à vos informations sensibles le droit de ne pas être consultées par n’importe qui, n’importe où.

Références :

DropBox Hack : 5 Reasons Why DropBox isn’t Secure Enough for the Boardroom, Blog de Diligent Corporation




Les cyber-attaques n’arrivent pas qu’aux autres organisations…

Les cyber-attaques n’arrivent pas qu’aux autres organisations…

13 Octobre 2016 / Par Romain Isaac



Selon des enquêtes récentes, nombreux sont les membres de conseils d’administration et les dirigeants qui n’accordent pas un intérêt important à la cybersécurité, et force est de constater que dans beaucoup de cas, aucun programme dédié à la sécurité de leurs données sensibles n’est en vigueur au sein de leur structure. Cependant, aucune organisation dans le monde n’est à l’abri d’attaques informatiques et chacun des membres du conseil d’administration, dirigeant et exécutif, se doit d’adopter une culture d’ouverture d’esprit et de vigilance en termes de protection des données, et ce pour le bien de leur organisation.

Beaucoup de conseils d’administration des grandes corporations publiques et cotées en bourse sous-estiment encore aujourd’hui l’importance de la cybersécurité et continuent d’utiliser courriels ou logiciels sur le «cloud» tels que DropBox ou Google Drive pensant que ces logiciels sont sécurisés ; mais ils ne le sont pas : les récentes révélations de Yahoo et Dropbox sur le piratage de plusieurs millions de comptes utilisateurs prouvent malheureusement bien leur inefficacité dans ce domaine.



Instaurer un programme de cybersécurité, une obligation pour les organisations



Selon l’enquête réalisée par Tanium, 90% des 1530 directeurs exécutifs et non-exécutifs interrogés aux États-Unis, au Royaume-Uni et au Japon n’étaient pas capables d’interpréter un rapport sur la cybersécurité et n’étaient pas préparé à gérer une faille. Je mentionnais dans un de mes articles précédents que les départements TI des organisations rapportent toujours ce que veulent entendre les membres du conseil d’administration, et ceci montre clairement que les administrateurs ne donnent pas assez de crédit aux risques causés par les attaques informatiques.

Sécuriser vos données confidentielles n’est pas aussi simple qu’il n’y parait et cela requiert l’instauration de politiques de sécurisation des données. Avec des cyber-attaques de plus en plus sophistiquées et l’apparition de nouvelles sources de faille chaque jour, les programmes de cybersécurité doivent être constamment mis à jour et les tests d’intrusion deviennent de plus en plus vitaux pour toute organisation.

Les tests d’intrusion occupent un rôle crucial dans le traitement des menaces informatiques. Ils permettent d’identifier et d’éradiquer les risques de faille, de réduire les menaces de piratage, d’évaluer et d’optimiser le système en place avec des contrôles efficaces afin d’améliorer les défenses, mais aussi  de faire preuve de prévention et de conformité en termes de protection des données.



Adopter une culture de vigilance constante et de connaissance, la clé pour des réunions du conseil sécurisées



Comme mentionné plus haut, nombreux sont les membres du conseil d’administration incapables de comprendre un rapport sur la cybersécurité, principalement parce qu’ils n’ont pas de formation technologique. C’est pourquoi il est extrêmement important pour les conseils d’administration d’avoir des membres avec un minimum de connaissance technique ou technologique, ou de participer à des formations concernant la cybersécurité. Comprendre et savoir réagir face à des cyber-attaques ou l’intrusion de malware, comme l’émergence récente des ransomware, est essentielle pour les membres des conseils d’administration, au risque d’observer des dommages irréversibles. Il est également primordial de mettre en place des plans B afin de réduire au maximum les risques informatiques.

Des outils numériques, tel que les conseils sans papier, sont également à disposition des administrateurs et peuvent constituer une option plus que crédible pour les directeurs. Le conseil sans papier permet aux administrateurs d’avoir accès aux réunions du conseil et de comités ainsi qu’à leurs données confidentielles sur support tablette n’importe où et à n’importe quel moment, et ce de manière hautement sécurisée. Le conseil sans papier Leading Boards procure une sécurité des données équivalente à la sécurité proposée par le domaine bancaire et vos données seront hébergées localement sur des serveurs certifiés par les standards internationaux (ISO 27001), et non soumises au Freedom Act américain. Demandez votre démo gratuite et renforcer votre stratégie pour sécuriser vos données.

Références:

MORGAN, Steve (4 Mai 2016). Why CEOs Are Failing Cybersecurity, And How To Help Them Get Passing Grades, Forbes.

KELLY, Ross (6 Septembre 2016). CEO Lessons Learned from a Severe Cyber Attack, Chief Executive

JUCAN, Mihaela (16 Septembre 2016). 5 reasons penetration tests are crucial to your cybersecurity, IT Governance USA Blog.

VERIZON, Verizon’s 2016 Data Breach Investigation Report (2016)

HINDAWI, Orion (1er Avril 2016). Bridging the Accountability Gap: Why We Need to adopt a Culture of Responsibility, Tanium Blog.

Source Image: Flickr




Le conseil sans papier Leading Boards se dote de nouvelles fonctionnalités

LE CONSEIL SANS PAPIER LEADING BOARDS SE DOTE DE NOUVELLES FONCTIONNALITÉS

22 septembre 2016 / Par Romain Isaac



Le service de gouvernance en ligne Leading Boards qui apporte performance et efficience aux administrateurs et dirigeants, propose des fonctionnalités supplémentaires.

Désormais, chaque membre du conseil d’administration et des comités pourra apposer sa signature de façon électronique sur n’importe quel document après chaque réunion, et ce pour une sécurité des informations plus accrue.

De plus, les administrateurs et les dirigeants auront également à l’avenir la possibilité de voter directement en ligne sur les décisions à prendre, les documents à valider ou sur tout autre sujet relatif à leur devoir de diligence.

Ces fonctionnalités ont été développées selon les besoins des administrateurs et des dirigeants, et ce, dans un souci de toujours proposer un service leur permettant de mettre en valeur rapidement leurs décisions tout en concrétisant le statut de leadership de la fonction gouvernance des organisations dans un cadre sécuritaire de classe internationale.

Pour plus d’informations, n’hésitez pas à contacter l’un de nos consultants au 514 664-5377, à l’adresse info@leadingboards.com ou visitez notre site internet leadingboards.com




Faire une place plus importante aux femmes dans les conseils, pourquoi est-ce si long?

Faire une place plus importante aux femmes dans les conseils, pourquoi est-ce si long?

16 Septembre 2016 / Par Romain Isaac



Introduire plus de femmes dans les conseils d'administration pour plus de performance et d'efficienceForce est de constater que les quotas fixés en termes de féminisation des conseils d’administration en France pour 2017 ne seront pas atteints. Mais pourquoi tant de résistance à l’introduction de femmes au sein des conseils?

Depuis plusieurs années maintenant, des études, des enquêtes ou des constats montrent que la présence de femmes au sein des conseils est profitable aux organisations. Accroître le nombre de femmes à des postes exécutifs et stratégiques peut s’avérer bénéfique, étant donné que 16% d’entre elles possèdent une expérience digitale, contre seulement 9% des hommes, enjeu majeur pour les sociétés, surtout à l’heure où le virage vers le digital est devenu primordial.

Pour accélérer le processus d’introduction de femmes au sein des conseils, les organisations pourraient en effet revoir leur politique interne de recrutement des membres du conseil d’administration, des comités ou encore aux différents niveaux de la société, mais aussi respecter les objectifs fixés et les atteindre dans les prochaines années. Cependant, beaucoup d’organisations sont encore réticentes à passer le pas.

Retrouvez l’article dans son ensemble en cliquant ici




Les objectifs de diversité au sein des conseils loin d’être atteints

Les objectifs de diversité au sein des conseils loin d’être atteints

15 Septembre 2016 / Par Romain Isaac



La présence des femmes dans les conseils améliore la performance du conseil d'administration et de l'organisationDepuis maintenant plusieurs années, la place des femmes siégeant aux conseils d’administration à travers le monde fait débat. Pourtant, de nombreuses études nous montrent que les organisations, ayant au moins une femme au sein de leur conseil, prennent des décisions beaucoup plus éclairées, et j’exposais dans un précédent article le fait que la présence des femmes dans les conseils pouvait être source de performance pour les organisations.

De nombreux gouvernements à travers le monde, particulièrement en Europe, ont imposé des quotas afin d’accroître le nombre de femmes à des postes exécutifs ou siégeant aux conseils d’administration des entreprises publiques et cotées en bourse. Cependant, un constat alarmant se dresse devant nous : nous sommes encore très loin d’atteindre les objectifs fixés.



Les quotas imposés ne seront pas atteints dans les prochaines années



Nous pouvons déjà avancer qu’en France, il est officiellement acté, depuis l’année dernière, que le quota de 40% de femmes dans les conseils d’administration ne sera pas atteint dans tous les conseils pour 2017. Il en est de même au Canada, où par exemple la province de l’Ontario visait 40% de femmes dans les conseils d’ici 2019, mais cet objectif sera loin d’être atteint, étant donné que beaucoup d’organisations résistent encore à l’introduction massive de femmes au sein de leurs conseils d’administration.

J’exposais également dans un de me précédents articles que  la présence de femmes dans les conseils d’administration est bonne pour les affaires , mais il est facile de constater que les études, les sondages et les enquêtes faites à ce sujet ne sont pas suffisantes à elle seules pour inverser la tendance, et les salles de conseil d’administration et de comités restent à consonance masculine.



Un meilleur équilibre homme-femme dans les conseils, un impératif de performance pour les organisations



Comme  mentionné précédemment, atteindre les objectifs fixés en termes de représentation des femmes au sein des conseils d’administration n’est pas chose aisée, et le chemin pour parvenir à ce but ultime peut s’avérer être un parcours sinueux. Mais accroître le nombre de femmes à des postes exécutifs et stratégiques peut provoquer un changement intéressant au sein des organisations, mais également influer sur la vision d’affaires de celles-ci.

En effet, selon une étude menée par Accenture Research sur plus de 2000 organisations à travers 39 pays en Europe, Asie, Amérique du Nord et Australie, 16% des femmes présentes au sein des conseils d’administration de ces compagnies possèdent une expérience numérique contre seulement 9% des hommes, ce qui représente un point majeur pour les sociétés, surtout à l’heure où le virage vers le numérique est devenu primordial. Une étude menée par Catalyst montre également que les organisations où la représentation des femmes au sein de leur conseil d’administration est plus forte connaissent une performance financière plus élevée.

Pour tenter d’accélérer le mouvement vers une féminisation des conseils d’administration, plusieurs organismes recommandent diverses stratégies à implanter au sein des organisations, comme par exemple fixer des objectifs ciblés pour fin 2017 et les atteindre dans les trois à cinq prochaines années, réformer les politiques de recrutement des membres du conseil d’administration, instaurer des politiques pour accroître la représentation des femmes au sein des conseils, ou encore développer des stratégies de diversité à chacun des niveaux de l’organisation. Encore faut-il que les organisations se prennent au jeu.



Sources:

ZARYA, Valentina (August 31, 2016). Exclusive: Women Bring More Tech Expertise to the Boardroom Than Men Do, Fortune Magazine.

SAGAN, Aleksandra, The Canadian Press (June 30, 2016). Despite Growing Calls For More Women on Boards, Corporate Canada Resists, National Newswatch.

CATALYST, Gender Diversity on Boards in Canada: Recommendations for Accelerating Progress, commissioned by the Government of Ontario (2016).

CATALYST, Companies With More Women Board Directors Experience Higher Financial Performance (2007)

DE BEAUFORT, Viviane (18 Août 2016). La mixité des boards améliore les prises de décision, Les Échos




Adoptez un conseil «zéro» papier pour une organisation plus performante

Adoptez un conseil «zéro» papier pour une organisation plus performante

Le 07 Septembre 2016 / Par Romain Isaac



Le conseil «zéro» papier Leading Boards pour une organisation plus performanteLes organisations à travers le monde font face à des défis toujours plus complexes en termes de gouvernance, que ce soit au niveau de la sécurité de leurs informations, la performance de leur organisation, l’efficacité mais aussi la responsabilité sociale. Pour les aider dans leur devoir de diligence, des outils numériques toujours plus innovants et performants sont développés, comme par exemple le conseil «zéro» papier.

Un conseil «zéro» papier procure de nombreux avantages pour une organisation, mais bénéficie également aux administrateurs. En effet, ce type de solution permet aux utilisateurs un accès facile et instantané à leurs informations, n’importe où, n’importe quand, et ce de façon très sécurisée. Plusieurs fonctionnalités sont également à disposition des directeurs, afin de mieux collaborer et communiquer avec les autres membres du conseil d’administration et ainsi les aider à prendre des décisions plus éclairées.

De plus, un conseil «zéro» papier  élimine le support papier et permet de réaliser des économies considérables en termes de temps et d’argent. Une formation et un support technique illimité est proposé afin de vous accompagner et de faciliter la transition vers le «zéro» papier.

Pour lire l’article entier, cliquez ici

Digitaliser votre conseil d’administration, un atout de compétitivité

Digitaliser votre conseil d’administration, un atout de compétitivité

25 Août 2016 / Par Romain Isaac



Digitaliser votre conseil d'administration pour une organisation plus efficienteLe 20 mai 2016, le gouvernement Québécois annonçait avec enthousiasme son plan d’action afin de véritablement engager son virage vers le numérique. Ce plan d’action se concentre principalement sur 5 axes d’intervention :

  • Stimuler l’émergence d’innovations par les technologies numériques et les données;
  • Accélérer la transformation numérique des entreprises et l’adoption du commerce électronique;
  • Renforcer la position du secteur des TIC comme chef de file mondial;
  • Se doter de compétences numériques requises;
  • Assurer un environnement d’affaires attrayant et favorable au déploiement du numérique.

Le souhait d’une digitalisation des organisations se doit de débuter au sein des conseils d’administration et des hautes directions. En effet, les bonnes pratiques en termes de gouvernance sont instaurées par le conseil d’administration et les administrateurs sont les premiers exemples pour les différents échelons qui composent la structure des organisations.



Une organisation performante, c’est avant-tout des administrateurs efficients



Trouver des solutions aux enjeux des organisations n’est pas chose aisée et chaque administrateur sait à quel point il peut être difficile de prendre des décisions communes. Manque d’informations, absence de communication entre les membres, nombreux sont les petits détails qui peuvent faire toute la différence quant à la performance de l’organisation dont découle l’efficience du conseil d’administration et des comités.

Améliorer l’efficacité du conseil d’administration, c’est aussi transformer la gouvernance en outil de leadership et de compétitivité. C’est à ce niveau-là que l’intégration d’outils numériques aidant les membres du conseil d’administration dans leur devoir de diligence prend tout son sens. La transition vers un conseil sans papier contribue fortement à une meilleure efficience des administrateurs du conseil ou des comités, grâce notamment aux fonctionnalités que procure une telle solution.



Une solution conçue pour la performance individuelle et collective des administrateurs



La réussite d’une organisation passe par une bonne communication au sein du conseil d’administration. Les administrateurs se doivent de développer un esprit d’équipe afin de s’entendre sur les façons de faire et vouloir développer les compétences de chaque membre de l’organisation. Mais cette communication et collaboration peut parfois s’avérer extrêmement difficile et mettre en péril le bon fonctionnement de l’organisation. C’est dans cette mesure que la digitalisation des entreprises joue un rôle prépondérant.

Permettre une communication et une collaboration avancée, afin d’exercer un leadership communicationnel efficace, voilà l’un des nombreux atouts que propose un conseil sans papier. Les administrateurs peuvent en temps réel avoir accès à leurs informations de façon très sécurisée, mais aussi échanger, partager et débattre sur les questions relatives à la gouvernance d’entreprise d’un simple clic. De cette façon, les membres du conseil sont plus performants individuellement, mais également collectivement dans leurs prises de décisions.