Parité hommes-femmes dans les conseils d’administration : Pourquoi le rôle des hommes est-il essentiel?

Parité hommes-femmes dans les conseils d’administration: Pourquoi le rôle des hommes est-il essentiel?

27 Mars 2017 / Par Romain Isaac



En plus de 100 ans, de nombreuses avancées ont été faites pour la parité et pourtant en 2017, nous sommes encore loin d’avoir atteint la parité hommes-femmes dans les conseils. Le plafond de verre auquel se heurte les femmes dans leur carrière professionnelle, soulève depuis quelques années, des questionnements quant au rôle des hommes dans ce combat. De plus en plus, les hommes sont invités à soutenir la cause de la parité, à la défendre et même, à en être les porte-paroles. Pourquoi est-il essentiel que les hommes se réveillent et soient les premiers à prendre ce sujet à bras le corps?



Le changement doit venir du plus haut niveau de l’organisation



La première raison qui doit pousser les hommes à s’engager dans ce combat est évidemment une raison éthique. Aujourd’hui, il ne s’agit plus de débattre sur le pour ou le contre de la parité, mais bien de trouver des solutions durables pour intégrer les femmes dans les conseils d’administration et à des postes stratégiques et exécutifs au sein de l’organisation.

C’est ici que le bât blesse… où sont les mesures concrètes?

En sachant que seulement 4% des entreprises dans le monde sont dirigées par des femmes, que moins de 20% des sièges aux conseils d’administration des entreprises cotées en bourse sont occupés par des femmes en Amérique du Nord et que les femmes sont sous représentées en politique… il paraît clair que ces messieurs ont le pouvoir.

Les leaders masculins présents dans les conseils d’administration doivent agir. Ils ont le pouvoir décisionnel, la solution est donc entre leurs mains.

« Les hommes représentent 85% du problème, mais ils représentent aussi 85% de la solution. On ne peut pas mener ce changement sans les hommes. » Jeffery Tobias Halter

En 2016, l’étude de McKinsey sur les femmes dans le milieu du travail (Women in the Workplace) montrait que 75% des CEO aux États-Unis incluaient l’égalité des sexes dans leurs top 10 des priorités. Alors, oui la démarche est encourageante, mais comme nous l’explique Jeffery Tobias Halter, consultant en stratégie d’entreprise et Président d’YWomen, les CEO ne s’occupent que des 3 premières priorités, les autres ne sont pas urgentes. La volonté du changement n’est donc pas suivie par des plans d’action concrets.

Or sans plan d’action, rien ne sera mis en place dans l’entreprise. Les CEO doivent remonter la parité hommes-femmes dans les conseils d’administration dans le top 3 de leurs priorités et agir.



Un virage culturel indispensable



Le changement doit venir du plus haut niveau de l’entreprise et des ressources humaines.

Mais, oser mettre le sujet de la diversité sur la table au sein des conseils d’administration apparaît comme un défi en lui-même à cause de la culture en place.
Les hommes ne veulent pas aborder le sujet par peur de mal faire, mal dire, car ils ne maîtrisent pas le sujet et ne sont pas à l’aise. De plus, certaines femmes ne veulent pas particulièrement être le porte-drapeau de la cause féminine non plus.

C’est avant tout de leaders courageux(ses) dont la cause à besoin pour placer le sujet en top priorité au sein des conseils d’administration.

Halter, soulève le problème de la mentalité masculine résumée par « si tu gagnes, je perds ». L’idée que soutenir l’avancement des femmes dans l’entreprise va pénaliser les hommes doit être combattue. Les dirigeants d’entreprise et les membres des conseils d’administration, surtout de la génération des baby-boomers et des Y, ont un énorme virage culturel à prendre. Cette culture du féminin= faible doit changer pour faire évoluer sainement la culture des entreprises vers la diversité.

Les hommes convaincus par la nécessité de la parité hommes-femmes dans les conseils d’administration et dans les organisations ont donc un rôle majeur à jouer auprès de leurs collègues masculins pour amorcer le virage culturel.

Le témoignage de Umran Beba, Vice-Présidente senior de PepsiCo, lors du Forum Économique Mondial 2017, met également le doigt sur le virage culturel indispensable à mener pour atteindre la parité:

« […] Cultural change is critical to achieving gender equality – at the family, company and country levels. Of course, we can tell young women to be confident, to show courage, to take risks and make hard choices in their careers. And they should absolutely do all those things. But without deeper cultural shifts, progress towards equality will stall. How do we start bringing about some of these cultural changes? […] I’m a strong believer in understanding others’ needs. […]
We need more women in business today to represent our consumers, to bring a different point of view and to contribute with a different leadership style, but unless companies and countries make cultural shifts to adapt to this new reality, how can we expect to make progress? »

Le rôle des hommes est primordial dans la bataille pour la diversité au sein des conseils d’administration. Cette prise de conscience doit impérativement se faire au sein de la gente masculine pour abattre les stéréotypes et la culture du men’s club. Il faut plus de femmes en politique et à des postes de haute direction, non seulement pour la performance des entreprises, mais surtout parce que l’exemple doit venir du plus haut niveau de l’entreprise pour être suivie. Donner envie à d’autres femmes de développer leur leadership, leur prouver que c’est possible et amorcer un changement systémique dans la culture des entreprises doit passer par la ou le CEO. C’est un effort commun des hommes et des femmes, dans toutes les sphères de l’organisation qui pourra amener un réel changement et briser le plafond de verre. Alors messieurs, il est temps de faire votre part.



Références:




Pourquoi est-il nécessaire d’augmenter la diversité dans les conseils d’administration

Pourquoi est-il nécessaire d’augmenter la diversité dans les conseils d’administration

Le 31 Janvier 2017 / Par Romain Isaac 



Le thème évoquant la présence des femmes dans les conseils d’administration reste un des thèmes prédominants dans la gouvernance des organisations. Des réformes mises en place par plusieurs gouvernements à travers le monde, comme en France avec la loi Copé-Zimmermann qui vise une représentation équilibrée des femmes et des hommes au sein des conseils d’administration, ont pour but de réduire l’inégalité existante au plus haut niveau des grandes corporations mondiales.

Des quotas ont même été instaurés pour accélérer ce processus, mais ce rêve d’une plus grande féminisation des membres du conseil ne se traduit pas forcément dans la réalité. Bien que celles-ci désirent ardemment intégrer les conseils d’administration ou occuper ces postes stratégiques, cette difficulté à briser le « plafond de verre » peut provenir de plusieurs facteurs tels que des phénomènes structurels comme les préjugés ou encore les fameux boys club, ces cercles de vieux amis immuables.



La présence des femmes dans les conseils d’administration favorise la performance



Ceci dit, force est de constater que le nombre de femmes occupant des positions exécutives et stratégiques au sein des grandes organisations dans le monde est en constante hausse. Mais est-ce assez pour atteindre ces fameux quotas fixés ? Pas si sûr… On entend beaucoup parler de quotas, mais il est important de prendre en compte également que la présence des femmes à ces postes de management stratégique a des effets bénéfiques pour les organisations.

En effet, plusieurs études révèlent que les organisations ayant une forte représentation de femmes au sein de leur conseil d’administration ou à des postes exécutifs et stratégiques sont celles qui ont été les plus performantes, tant au niveau organisationnel que financier. Comme je l’exposais dans un article précédent, Pourquoi la diversité dans les conseils est bonne pour les affaires, ces organisations ont en moyenne un retour sur investissement plus élevé de 10% par rapport aux autres sociétés qui se traduit généralement par une croissance 1,7 fois plus rapide de leurs actions.



Plus de femmes pour une expertise plus diversifiée au sein des conseils d’administration



Des efforts sont réalisés dans ce domaine par les organisations mais on constate encore que le nombre de femmes siégeant dans les conseils d’administration est étonnamment faible. Pourtant, la présence des femmes apporterait plus d’expérience dans certains domaines d’expertise comme le management du risque, les ressources humaines ou encore la conformité et la gouvernance d’entreprise.

Dans un article précédent, les objectifs de diversité au sein des conseils loin d’être atteints, je mettais en avant aussi le fait que les femmes présentes au conseil d’administration de plus de 2000 compagnies à travers 39 pays en Europe, Asie, Amérique du Nord et Australie possédaient plus de compétences au niveau numérique que les hommes. Dans une période où le virage numérique des organisations représente un enjeu primordial, cet aspect de la féminisation des conseils d’administration n’est donc pas à prendre à la légère dans la réflexion des dirigeants d’entreprises. Rendre son organisation plus performante et plus efficace est l’objectif premier de chaque membre du conseil, et introduire plus de femmes au sein de leur conseil peut leur permettre d’atteindre ce but ultime.




Regardons la réalité en face: vos données du conseil d’administration sont à risques

Regardons la réalité en face: vos données du conseil d’administration sont à risques

15 Novembre 2016 / Par Romain Isaac



Au soir du 8 Novembre, nos voisins américains sont revenus sur le devant de la scène, mais pas vraiment dans le contexte que beaucoup d’entre eux auraient souhaité. L’élection de Donald Trump à titre de Président des Etats-Unis relance les enjeux liés aux thèmes qu’il a fortement mis en avant durant sa campagne électorale : la cybersécurité et la surveillance des données, qu’elles soient privées ou professionnelles, est devenue sa priorité n°1 comme président élu des Etats-Unis.



Mettre l’accent sur la cybersécurité en renforçant les pouvoirs de surveillance



Lors de son interview au Hugh Hewitt Show en décembre dernier, Donald Trump n’a pas hésité à mentionner qu’il supporterait la réautorisation complète de l’U.S Patriot Act et de la collecte des métadonnées par la NSA. Il y avançait notamment qu’à la question de savoir si il était en faveur de la restauration du Patriot Act, que cela serait logique et qu’il supporterait une législation qui accorderait à la NSA de détenir des métadonnées en masse. Il proposerait même qu’une cour, disponible à tout moment, soit créée pour réguler l’accès à ces métadonnées.

Lors d’un des débats contre Mme Clinton, il avança également le problème survenu avec la société Apple concernant le déchiffrement de l’iPhone impliqué dans l’attentat d’Orlando avec cette phrase sans équivoque : « Pour qui se prennent-ils chez Apple ? Ils doivent débloquer [cet iPhone]. » Toutes ces déclarations, ajouté au fait que Donald Trump soit maintenant Président des Etats-Unis, reflètent une chose primordiale à désormais garder à l’esprit : la sécurité de vos données, tant privées que professionnelles, aussi sensibles et confidentielles soient elles, est à risque, si celles-ci sont hébergées aux États-Unis ou sous contrôle d’une compagnie américaine.



La restauration du Patriot Act, mauvaise nouvelle pour les organisations



Pour ceux qui ne le savent pas encore, voici un petit aperçu de la situation. Suite aux attentats du 11 Septembre 2001, le gouvernement Bush a instauré l’U.S Patriot Act, loi visant à mieux prévenir les risques liés aux attaques terroristes. Avec cette loi, les agences fédérales américaines de renseignements disposent d’outils permettant la collecte en masse de millions de données utilisateurs, et ce sans l’accord de ces derniers. Autant dire que la sécurité de vos données en prend un coup.

Dans un de mes précédents articles, « Votre conseil connaît-il tous les risques liés à la sécurité de ses données ? », j’avais écrit que les agences fédérales américaines étaient déjà en droit d’accéder à vos informations sans votre consentement, conformément à cette loi. Et ceci n’est pas prêt de s’arrêter là. Le 1er décembre 2016, la « loi 41 » entrera en vigueur, et de ce fait étendra les pouvoirs de surveillance et de pirate de ces agences pour faire face à l’évolution des technologies. Ce qui veut dire qu’elles pourront avoir un accès à des millions d’ordinateurs d’un simple clic, et ce même en dehors de leur juridiction, juste avec l’obtention d’un mandat délivré par une cour américaine.

Au niveau organisationnel, cela se traduit par le fait qu’une entreprise américaine et ses filiales à travers le monde sont soumises à cette loi, et donc vos données stockées par un fournisseur américain sont potentiellement sujet à être consultées sans votre consentement. Réfléchissez donc à deux fois désormais avant de choisir un fournisseur américain et posez-vous les questions suivantes :

  • Voudrais-je que mes données du conseil d’administration soient accessibles sans mon accord ?
  • Suis-je prêt à en prendre la responsabilité ?
  • Est-ce le seul choix qui me soit offert en termes de sécurité de mes données du conseil ?

Rassurez-vous, ce n’est pas le cas des fournisseurs situés au Canada.



Il est temps d’héberger vos données du conseil d’administration au Canada



La sécurité des données est devenue le nerf de la guerre pour beaucoup d’organisations, et l’adoption d’un conseil sans papier pour votre conseil d’administration et vos comités peut vous soulager l’esprit pour la sécurité de vos données.  Les organisations canadiennes ne sont pas soumises à l’U.S Patriot Act. Mais les filiales des compagnies américaines basées au Canada ou ailleurs dans le monde le sont. Il est donc essentiel et crucial de bien choisir son fournisseur quand le stockage de vos données sensibles entre en jeu.

Alors si l’idée vous prend de déménager au Canada, pensez bien à emmener avec vous données du conseil d’administration.

Références:




Donnez à vos données du conseil d’administration la sécurité qu’elles méritent

Donnez à vos données du conseil d’administration la sécurité qu’elles méritent

7 Novembre 2016 / Par Romain Isaac



Le thème de la cybersécurité est devenu par les temps qui court le maître mot dans les discussions des conseils d’administration des organisations. Et pour cause, ces dernières semaines, plusieurs événements ou annonces, comme la fuite des informations de millions de comptes DropBox ou Yahoo, ou encore l’attaque informatique de plusieurs des grands noms d’Internet comme Twitter, Spotify ou encore eBay, ont fait de la sécurité informatique le nouvel enjeu majeur dans la réflexion des administrateurs et des dirigeants d’entreprises.

Malgré cette tendance à vouloir sécuriser au maximum ses données, nombreuses sont les organisations qui utilisent encore les courriels ou les logiciels de stockage en ligne, comme DropBox, pour diffuser et partager leurs informations sensibles. L’attaque révélée par DropxBox sur la fuite des informations personnelles de millions d’utilisateurs met bien en lumière un fait indéniable :  le stockage en ligne et les services proposant un hébergement sur le cloud ne sont pas aussi sécuritaires que vous le pensez pour votre conseil d’administration et vos comités.



Des conditions d’utilisation floues et une sécurité douteuse



Nombreuses sont les personnes utilisant ce genre de logiciels de stockage en ligne pour un usage personnel, moi le premier. Mais réfléchissez-y, est-ce le meilleur moyen de stocker les données sensibles de votre conseil d’administration et de vos comités ? Vous souciez-vous de la localisation de vos données ? Seront-elles à l’abri des attaques informatiques et des cybercriminels ? Êtes-vous prêt à prendre l’entière responsabilité de l’utilisation d’un tel logiciel pour la sécurité de vos données du conseil d’administration ? Autant de questions qu’il est nécessaire de vous poser avant d’utiliser ces outils.

Comme le mentionne si bien notre concurrent Diligent BoardBooks dans son article ici, utiliser des outils comme DropBox pour stocker et partager vos données du conseil d’administration ne représente pas la meilleure solution en termes de protection de données. L’article met notamment en avant le fait qu’avec le service DropBox, les utilisateurs ne savent pas réellement où sont stockées physiquement leurs informations, et l’information relative à la localisation des données n’est pas explicitement révélée par les fournisseurs de services de stockage en ligne. De plus, DropBox crée des doublons de vos fichiers afin qu’ils soient visibles sur chaque ordinateur des utilisateurs, ce qui peut poser un risque de fuite accidentelle de données privées, mais aussi de vol d’informations entre les utilisateurs. Ajouté également le non contrôle du département IT d’une organisation sur la sécurité des données et du chiffrement des informations et vous obtenez une sécurité plus que douteuse.



Collaborez sous haute sécurité avec un conseil sans papier



Leading Boards, tout comme Diligent, propose un conseil sans papier permettant aux membres du conseil d’administration et des comités d’accéder à leurs informations et données de leurs réunions n’importe où, et ce de façon hautement sécuritaire. Vos données sont hébergées localement sur des serveurs dédiés et certifiés par des standards internationaux, offrant une protection de données unique.

L’accès aux données du conseil d’administration et des comités ne sont disponibles qu’aux utilisateurs préalablement approuvés par le gestionnaire de la plateforme. Ce gestionnaire possède également le contrôle de l’information, c’est-à-dire qu’il peut autoriser la lecture d’un document et son impression qu’à certains utilisateurs, et a également la possibilité de suivre toutes les actions des utilisateurs sur un document. Cela permet une meilleure gestion et sécurité de l’information, qui peut aussi être accentuée avec l’ajout d’un filigrane sur le document afin d’éviter tout risque de fuite. Ainsi, les membres du conseil d’administration peuvent communiquer, collaborer et partager leurs informations dans un cadre sécuritaire, leur procurant un leadership de gouvernance au bénéfice de leur organisation. Adoptez le conseil sans papier et offrez à vos informations sensibles le droit de ne pas être consultées par n’importe qui, n’importe où.

Références :

DropBox Hack : 5 Reasons Why DropBox isn’t Secure Enough for the Boardroom, Blog de Diligent Corporation




L’efficacité de votre conseil d’administration et de votre organisation passe par la gouvernance numérique

L’efficacité de votre conseil d’administration et de votre organisation passe par la gouvernance numérique

27 Octobre 2016 / Par Romain Isaac



Les technologies de l’information sont devenues omniprésentes dans notre vie quotidienne, tant au niveau privé que professionnel. Toujours plus innovantes jour après jour, elles jouent un rôle majeur dans l’évolution des organisations qui n’échappent pas à ce phénomène de numérisation ou « digitalisation ».

Le début des années 2000 a été l’avènement de l’utilisation des nouvelles technologies au quotidien : au courrier postal a succédé le courriel, puis les réseaux sociaux sont devenus un moyen de communication privilégié par les organisations pour communiquer avec leurs clientèles.  Avec des moyens de communication qui se modernisent toujours plus rapidement et un flux d’information à gérer en constante augmentation, ce phénomène de numérisation peut s’avérer être un énorme atout pour les membres du conseil d’administration dans leur devoir de diligence et leur permettre d’être plus efficace individuellement, mais aussi d’améliorer la performance de leurs organisations.



Une gouvernance numérique : source de productivité et d’efficience



Assumer le rôle et les responsabilités d’administrateur n’est pas chose aisée comme vous vous en doutez. Optimiser son temps est donc un facteur majeur dans la réussite de ses fonctions de gouvernance, et c’est à ce niveau que la « digitalisation » intervient avec l’émergence d’outils numériques tel que le conseil sans papier. Un conseil sans papier a pour but premier de gagner en productivité, qui se traduit à plusieurs échelons de l’organisation et tout d’abord aux membres du conseil d’administration et/ou des comités.

Un conseil sans papier est conçu de façon intuitive et est développé selon les pratiques de gouvernance des administrateurs, ce qui permet donc un accès instantané, qui plus est n’importe où, aux informations de toutes les instances dont ils ont besoin, et ce de manière très sécurisée via leurs tablettes. Fini donc les valises de documents très volumineuses et pesantes. De plus, la prise de notes se fait de façon manuscrite ou post-it directement sur la tablette, notes qui peuvent être partagées d’un simple clic aux autres membres du conseil. Le conseil sans papier procure davantage de productivité et réduit les pertes de temps inutiles grâce à un outil de recherche performant qui permet de retrouver n’importe quelle information ou note prise dans l’un des documents.

Il en est de même pour les secrétaires corporatives Un bon nombre d’entre eux savent que la préparation de réunions du conseil d’administration, de comités ou d’autres instances est une tâche ardue, consciencieuse et longue, et cela peut s’avérer être un vrai chemin de croix quand les documents n’arrivent pas à temps ou que des modifications sont à faire à la dernière minute.  Avec un conseil sans papier, oubliez les frais de messagers, les coûts de gestion reliés à ces réunions ; toute cette préparation devient plus efficace, rapide et productive, et surtout à moindre coût.



Pour une meilleure gestion de l’information & une meilleure communication entre les membres



Il se peut parfois que les administrateurs siègent sur plusieurs conseils d’administration ou comités. Imaginez donc le volume d’information qu’ils ont à traiter, et rester en contrôle de ce volume d’information est primordial pour eux. Se doter d’un service moderne comme un conseil sans papier procure une meilleure efficience et une meilleure performance pour l’administrateur, lui permettant ainsi de limiter les risques d’erreurs lors de la prise de décision ou de vote.

Le succès d’une organisation se traduit également par une bonne communication entre les membres du conseil d’administration. Prendre des décisions communes n’est pas chose facile et chacun des administrateurs sait à quel point cela peut être difficile. Rendre plus efficace un conseil d’administration, c’est aussi transformer la gouvernance en outil de leadership et de compétitivité. C’est aussi à ce niveau que l’intégration d’une solution de gouvernance numérique prend tout son sens, en permettant aux membres du conseil d’exercer un leadership communicationnel efficient.

Le conseil sans papier Leading Boards a été conçu spécifiquement pour les administrateurs et les dirigeants d’entreprises. Relié en temps réel et à la demande à leurs réunions du conseil d’administration et/ou des comités, même sans connexion internet, les utilisateurs de la plateforme Leading Boards sont en mesure de faire valoir pleinement leurs expertises grâce à un cadre collaboratif performant. Ainsi, la productivité des réunions est accrue procurant un leadership de gouvernance et de communication unique au bénéfice des organisations. Sa sécurité avancée fait de la solution Leading Boards un service de protection et de conservation de données unique. Passez à l`ère du numérique et adoptez le conseil sans papier Leading Boards pour vos réunions du conseil et des comités.




La solution Leading Boards s’inscrit dans la démarche numérique des villes intelligentes

La solution Leading Boards s’inscrit dans la démarche numérique des villes intelligentes



La plateforme Leading Boards a recueilli un franc succès lors de la 3è édition de l’événement Villes Intelligentes, organisé par Événements-Les Affaires le 20 Octobre 2016 au Hyatt Regency de Montréal. Cette 3è édition était basée sur les défis rencontrés par les villes et les municipalités du Québec dans l’implantation d’une démarche de villes intelligentes.



 


Les participants ont pu bénéficier de l’expertise et d’une série d’études de cas de villes dans leurs implantations de villes intelligentes en termes de transports intelligents, données ouvertes, développement économique, financement des démarches de villes intelligentes, création de partenariats entre municipalités, universités et entreprises novatrices. Ils ont également eu l’opportunité de découvrir ou redécouvrir le conseil sans papier Leading Boards, une solution de pointe de gouvernance en ligne pour les conseils d’administration, les comités et les hautes instances, qui leur était présenté directement.

De la part de toute l’équipe, nous tenons à remercier les participants qui ont contribué à la belle réussite de cet événement, mais aussi les membres des Événements-Les Affaires pour leur organisation et leur disponibilité.




La Ville de Montréal adopte la solution de gouvernance en ligne Leading Boards pour ses comités

La Ville de Montréal adopte la solution de gouvernance en ligne Leading Boards pour ses comités



Ce choix s’inscrit dans la vision numérique de la municipalité en matière de ville intelligente



Conseil sans papier Leading Boards est adopté par la Ville de Montréal pour la gestion sans papier de ses réunions de comitésMONTRÉAL (Québec), le 18 Octobre 2016 – La Ville de Montréal a choisi la solution de gouvernance en ligne LEADING BOARDS dans le cadre de l’appel d’offres lancé par la Ville afin de répondre à certains défis d’une ville intelligente et numérique, notamment dans la tenue des différents comités. Ce sont 32 comités et conseils qui à terme bénéficieront de l’implantation de la plateforme Leading Boards, le portail simple et convivial pour la gestion « sans papier » des conseils d’administration (CA) et des comités.

Relié en temps réel et à la demande, les utilisateurs de la plateforme de gouvernance en ligne Leading Boards sont en mesure de faire valoir pleinement leurs expertises grâce à un cadre collaboratif et performant, de même qu’aux fonctions de gestion avancées, à l’ergonomie intuitive et à la souplesse et la mobilité qu’elle procure. Ainsi, la productivité des réunions est accrue procurant aux organisations un leadership de gouvernance et de communication unique. La solution Leading Boards répond aux plus hauts standards internationaux de sécurité de l’information (ISO 27001) et est appuyée par une politique d’archivage de données protégeant leurs accès.

En mai dernier, la Ville de Montréal a octroyé un contrat suite au lancement de son appel d’offres pour la fourniture et l’implantation d’une solution infonuagique d’instances sans papier (ISP). Le service Leading Boards s’est démarqué de ses principaux concurrents en étant la seule solution qui réponde à tous les critères.

« Notre service correspond en tout point aux orientations souhaitées par la Ville de Montréal dans son désir de passer au numérique, et ce partenariat est très significatif pour nous. » souligne Jean-Marc Félio, président de Réseau C.A. l’entreprise canadienne offrant le service Leading Boards. « Cette entente montre également que notre plateforme de gouvernance en ligne peut s’adapter à l’administration publique dans son objectif d’opérationnaliser ses décisions de manière efficace et performante, et peut s’intégrer dans le processus décisionnel d’une organisation municipale », conclu Jean-Marc Félio.

À propos de Réseau C.A. et de Leading Boards

Depuis 2008, Réseau C.A. offre une solution de gouvernance numérique de pointe, Leading Boards, laquelle apporte un leadership aux organisations en matière de bonnes pratiques de gouvernance et de communication organisationnelle. La vision d’affaires de Réseau C.A. repose sur trois principes essentiels : offrir une solution permettant l’émergence et l’amalgame des expertises des utilisateurs afin de contribuer pleinement aux succès des organisations, offrir une solution de classe internationale tant pour sa sécurité avancée que pour ses fonctions de gestion, et offrir une solution correspondant aux impératifs d’un leadership éclairé en matière de gouvernance.

RENSEIGNEMENTS

Romain Isaac
Réseau C.A. – Leading Boards
T: 514 664-5377, poste 207
C: 514 553-7007
romain.isaac@leadingboards.com
 




Les cyber-attaques n’arrivent pas qu’aux autres organisations…

Les cyber-attaques n’arrivent pas qu’aux autres organisations…

13 Octobre 2016 / Par Romain Isaac



Selon des enquêtes récentes, nombreux sont les membres de conseils d’administration et les dirigeants qui n’accordent pas un intérêt important à la cybersécurité, et force est de constater que dans beaucoup de cas, aucun programme dédié à la sécurité de leurs données sensibles n’est en vigueur au sein de leur structure. Cependant, aucune organisation dans le monde n’est à l’abri d’attaques informatiques et chacun des membres du conseil d’administration, dirigeant et exécutif, se doit d’adopter une culture d’ouverture d’esprit et de vigilance en termes de protection des données, et ce pour le bien de leur organisation.

Beaucoup de conseils d’administration des grandes corporations publiques et cotées en bourse sous-estiment encore aujourd’hui l’importance de la cybersécurité et continuent d’utiliser courriels ou logiciels sur le «cloud» tels que DropBox ou Google Drive pensant que ces logiciels sont sécurisés ; mais ils ne le sont pas : les récentes révélations de Yahoo et Dropbox sur le piratage de plusieurs millions de comptes utilisateurs prouvent malheureusement bien leur inefficacité dans ce domaine.



Instaurer un programme de cybersécurité, une obligation pour les organisations



Selon l’enquête réalisée par Tanium, 90% des 1530 directeurs exécutifs et non-exécutifs interrogés aux États-Unis, au Royaume-Uni et au Japon n’étaient pas capables d’interpréter un rapport sur la cybersécurité et n’étaient pas préparé à gérer une faille. Je mentionnais dans un de mes articles précédents que les départements TI des organisations rapportent toujours ce que veulent entendre les membres du conseil d’administration, et ceci montre clairement que les administrateurs ne donnent pas assez de crédit aux risques causés par les attaques informatiques.

Sécuriser vos données confidentielles n’est pas aussi simple qu’il n’y parait et cela requiert l’instauration de politiques de sécurisation des données. Avec des cyber-attaques de plus en plus sophistiquées et l’apparition de nouvelles sources de faille chaque jour, les programmes de cybersécurité doivent être constamment mis à jour et les tests d’intrusion deviennent de plus en plus vitaux pour toute organisation.

Les tests d’intrusion occupent un rôle crucial dans le traitement des menaces informatiques. Ils permettent d’identifier et d’éradiquer les risques de faille, de réduire les menaces de piratage, d’évaluer et d’optimiser le système en place avec des contrôles efficaces afin d’améliorer les défenses, mais aussi  de faire preuve de prévention et de conformité en termes de protection des données.



Adopter une culture de vigilance constante et de connaissance, la clé pour des réunions du conseil sécurisées



Comme mentionné plus haut, nombreux sont les membres du conseil d’administration incapables de comprendre un rapport sur la cybersécurité, principalement parce qu’ils n’ont pas de formation technologique. C’est pourquoi il est extrêmement important pour les conseils d’administration d’avoir des membres avec un minimum de connaissance technique ou technologique, ou de participer à des formations concernant la cybersécurité. Comprendre et savoir réagir face à des cyber-attaques ou l’intrusion de malware, comme l’émergence récente des ransomware, est essentielle pour les membres des conseils d’administration, au risque d’observer des dommages irréversibles. Il est également primordial de mettre en place des plans B afin de réduire au maximum les risques informatiques.

Des outils numériques, tel que les conseils sans papier, sont également à disposition des administrateurs et peuvent constituer une option plus que crédible pour les directeurs. Le conseil sans papier permet aux administrateurs d’avoir accès aux réunions du conseil et de comités ainsi qu’à leurs données confidentielles sur support tablette n’importe où et à n’importe quel moment, et ce de manière hautement sécurisée. Le conseil sans papier Leading Boards procure une sécurité des données équivalente à la sécurité proposée par le domaine bancaire et vos données seront hébergées localement sur des serveurs certifiés par les standards internationaux (ISO 27001), et non soumises au Freedom Act américain. Demandez votre démo gratuite et renforcer votre stratégie pour sécuriser vos données.

Références:

MORGAN, Steve (4 Mai 2016). Why CEOs Are Failing Cybersecurity, And How To Help Them Get Passing Grades, Forbes.

KELLY, Ross (6 Septembre 2016). CEO Lessons Learned from a Severe Cyber Attack, Chief Executive

JUCAN, Mihaela (16 Septembre 2016). 5 reasons penetration tests are crucial to your cybersecurity, IT Governance USA Blog.

VERIZON, Verizon’s 2016 Data Breach Investigation Report (2016)

HINDAWI, Orion (1er Avril 2016). Bridging the Accountability Gap: Why We Need to adopt a Culture of Responsibility, Tanium Blog.

Source Image: Flickr




Le service Leading Boards sera présenté à l’événement Villes Intelligentes

Le service Leading Boards sera présenté à l’événement Villes Intelligentes



Entrez vous aussi dans l’ère numérique québécoise



Le Groupe Événements – Les Affaires organise le jeudi 20 Octobre la 3e édition des conférences Villes Intelligentes qui se déroulera au Hyatt Regency au centre-ville de Montréal.

À cette occasion, les participants auront la chance d’assister à des présentations et des études de cas de villes d’ici et d’ailleurs, relatives aux défis qu’ils ont relevé dans leurs démarches d’implantation de ville intelligente.

Le conseil sans papier Leading Boards apporte efficacité et performance aux conseils d'administration et aux comités pour les villes

Les participants pourront bénéficier de l’expertise des villes les plus innovantes du Québec et du monde ayant instaurées de nouvelles technologies dans leurs pratiques quotidiennes au sein de leurs organisations dans le but d’optimiser leurs modes de gestion, tant au niveau de l’administration publique qu’au niveau des services aux citoyens.

Ils auront au cours de cet événement la chance de découvrir le service Leading Boards, solution de pointe de gouvernance numérique pour les conseils d’administration, comités et dirigeants d’entreprises, permettant aux utilisateurs d’améliorer l’efficacité de leurs réunions. La plateforme leur procure également un leadership de gouvernance et de communication unique au bénéfice des organisations, mais aussi une mise en valeur de leurs décisions, et ce, dans un cadre collaboratif performant et hautement sécuritaire.




Le conseil sans papier Leading Boards se dote de nouvelles fonctionnalités

LE CONSEIL SANS PAPIER LEADING BOARDS SE DOTE DE NOUVELLES FONCTIONNALITÉS

22 septembre 2016 / Par Romain Isaac



Le service de gouvernance en ligne Leading Boards qui apporte performance et efficience aux administrateurs et dirigeants, propose des fonctionnalités supplémentaires.

Désormais, chaque membre du conseil d’administration et des comités pourra apposer sa signature de façon électronique sur n’importe quel document après chaque réunion, et ce pour une sécurité des informations plus accrue.

De plus, les administrateurs et les dirigeants auront également à l’avenir la possibilité de voter directement en ligne sur les décisions à prendre, les documents à valider ou sur tout autre sujet relatif à leur devoir de diligence.

Ces fonctionnalités ont été développées selon les besoins des administrateurs et des dirigeants, et ce, dans un souci de toujours proposer un service leur permettant de mettre en valeur rapidement leurs décisions tout en concrétisant le statut de leadership de la fonction gouvernance des organisations dans un cadre sécuritaire de classe internationale.

Pour plus d’informations, n’hésitez pas à contacter l’un de nos consultants au 514 664-5377, à l’adresse info@leadingboards.com ou visitez notre site internet leadingboards.com