Les Conseils d’administration à l’ère du numérique

ID-100174536-300x199Les nouvelles technologies transforment la structure de l’économie et le monde des affaires. De nouveaux outils modifient les produits et services offerts mais aussi les processus de fabrication et d’organisation des entreprises. Chaque poste dans l’organisation est impacté par le numérique. Ainsi, les dirigeants et cadres supérieurs doivent être en mesure de mener et accompagner la mutation technologique de leur entreprise et détenir une vision à long terme dans ce domaine pour anticiper les (r)évolutions.

Cette vision et ces connaissances devenues indispensables sont aussi applicables au niveau du Conseil d’administration. En effet, les administrateurs ont la responsabilité de conseiller les dirigeants et prendre les décisions pour le futur de l’entreprise. De fait, ces décisions doivent intégrer les évolutions technologiques. Pourtant, bien des entreprises n’appliquent pas ces impératifs pour leurs Conseils qui ont besoin d’experts dans ces domaines.

Pour comprendre comment les Conseils d’administrations répondent au besoin de se former et d’être compétent dans le domaine du numérique le cabinet Russell Reynolds Associates a réalisé une étude complète, sur l’année 2012, sur les compétences numériques des Conseils d’administration à travers le monde.
L’étude porte sur les 100 plus grosses entreprises des États-Unis, de l’Europe et de l’Asie, soit 300 entreprises et 3 307 administrateurs.

 

Les principales conclusions de l’étude sont les suivantes :

  • 18 entreprises sur les 300, soit seulement 6% avaient un Conseil d’administration pouvant être considéré comme «hautement numérique»1.
  • 69 entreprises, 23%, avaient une représentation numérique relativement importante (au moins un expert dans ce domaine).
  • 70% des entreprises n’avaient aucun administrateur spécialisé dans le numérique (210 entreprises).

On constate une variation significative selon les régions puisque 88% des Conseils «hautement numériques» sont aux États-Unis, les deux autres sont en Europe et aucun ne se trouve en Asie.

Les entreprises du secteur des technologies n’ont pas le monopole des Conseils d’administration «hautement numériques».

En effet, seulement 9 des 16 Conseils « hautement numériques » aux États-Unis appartiennent à ce secteur d’activité (Apple, Cisco, Dell, Google, Hewlett-Packard, Intel, Microsoft, Oracle et Amazon.com).

En Europe, seuls les Conseils de Telefónica (Espagne) et Nokia (Finlande), peuvent être considérées comme « hautement numériques ».

Aucun Conseil «hautement numérique» ne se trouve en Asie, ce qui peut sembler paradoxal quand on constate que l’Asie dispose d’une infrastructure technologique plus importante que le reste du monde, et est le lieu d’origine de multinationales comme Samsung et Sony, des moteurs de l’innovation technologique.

La demande des administrateurs experts dans le champ du numérique est en croissance. En 2012, les Conseils ont orienté leur recrutement de nouveaux administrateurs vers des profils numériques : 15% des nouveaux administrateurs aux États-Unis, 5% en Europe et 1% en Asie avaient ce type de profil.
Russell Reynolds Associates prévoit d’ailleurs que cette demande continuera à croître en 2013 avec 19% des directeurs qui seront nommés aux États-Unis et 8% des directeurs nommés en Europe viendront de ce milieu.

Voir l’étude : Digital Economy, Analog Boards: The 2012 Study of Digital Directors

Les Conseils d’administration font de grands pas vers le numérique et les nouvelles technologies. Recruter des administrateurs experts dans le domaine est la première étape pour avoir des compétences clés pour prendre les bonnes décisions en matière de technologie. Dans cette démarche, le Conseil peut également choisir de mettre en place un Conseil sans Papier afin de bénéficier des avancées des nouvelles technologies pour une meilleure organisation des réunions et des documents, avoir accès à de nouveaux outils et renforcer la collaboration entre les administrateurs, le tout en s’inscrivant dans une initiative environnementale.

En 2012, selon le rapport « Board Practices » par le cabinet Deloitte2, on note que 66% d’entreprises publiques interrogées utilisent un Conseil sans papier, 54% des entreprises privées et 88% des associations à but non lucratif. Pour finir, de nombreuses entreprises comptent acquérir un portail pour la gestion de leur Conseil d’administration en 2013.

Découvrez dès à présent les principaux avantages d’un Conseil sans papier pour la gestion numérique du Conseil d’administration et des comités !

— — — — — — — — — — —

1 « Hautement numérique » signifie que le Conseil dispose de au moins trois de ses membres occupant ou ayant occupé une fonction liée au numérique et aux technologies.
Étude réalisé par 3,000 individus de plus de 1 600 entreprises de tailles, industries et de structures différentes.
Image source: freedigitalphotos

Tweet about this on TwitterShare on FacebookShare on LinkedInShare on Google+Email this to someone

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.